1910 -19 JUILLET- 2014, 104ÈME ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE L'ÉCRIVAIN FRANCISCO COLOANE.

mercredi 20 mars 2013

RHEA DE DARWIN

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

THE ZOOLOGY OF THE BEAGLE, PART3, 5PL XLVII : RHEA DARWINII


Oiseau coureur, incapable de voler, rappelant l'autruche, vivant dans les plaines d'Amérique du Sud. Classe : Oiseaux ; ordre : Rhéiformes ; famille : Rhéidés.

Les nandous, appartenant au groupe des Ratites (oiseaux coureurs), sont représentés par deux espèces : le nandou commun ou nandou américain (Rhea americana), le plus grand (1,40 m de hauteur pour 25 kg), et le nandou de Darwin (Pterocnemia pennata), ne dépassant pas 1 mètre de hauteur pour un poids maximal de 10 kilogrammes. Ils sont caractérisés par de longues pattes qui se terminent par trois doigts, des cuisses et un cou emplumés. Leurs ailes, inaptes au vol, jouent un rôle de balancier, lorsqu'ils courent, et portent une griffe. Leur plumage gris assure un parfait camouflage. Leur espérance de vie atteint vingt ans.

Les nandous sont sédentaires et vivent en groupes dans les pampas sèches ou humides du sud de l'Amazonie à la Patagonie. Leur régime alimentaire se compose essentiellement de racines, de graines, de feuilles, de fruits et parfois d'insectes et de petits vertébrés. Lors de la période de reproduction (été austral), les nandous se séparent : les femelles forment de petites unités et les mâles partent à la recherche d'un territoire qu'ils disputent aux rivaux par des morsures et des coups de pattes. Le vainqueur commence sa parade nuptiale afin d'attirer entre deux et douze femelles qui viendront pondre, tous les deux ou trois jours, dans le nid qu'il a creusé et aménagé au sol. La ponte terminée (entre treize et trente œufs de couleur blanc crémeux), il chasse les femelles, qui partent alors s'accoupler avec un autre mâle, et commence à couver. L'incubation dure de 35 à 40 jours. Comme ceux de l'autruche, les petits, au plumage gris rayé, sont nidifuges : ils quittent le nid quelques jours après l'éclosion et suivent le mâle, trouvant refuge sous ses ailes pour se protéger du froid nocturne, des fortes chaleurs ou du moindre danger. Au bout de six mois, les jeunes quittent le mâle et restent ensemble jusqu'à deux ans, âge de la maturité sexuelle.

Les nandous ont longtemps été exploités par l'homme, tant pour leurs plumes que pour leur viande, leur graisse ou leurs œufs. Aujourd'hui, ils sont victimes de la réduction de leur territoire et de la concurrence avec le bétail. Bien que protégées, les populations diminuent chaque année.
Emmanuelle GOIX



En 1833, Darwin avait trouvé en escale à Porto Deseado (Patagonie argentine )  une espèce de Rhea, une sorte d'autruche aussi appelée Nandou et qui avait semble avoir été servie sur la table du Capitaine FitzRoy comme dinde de Noël. Darwin raconte l'histoire ainsi :

« La première fois que j'entendis parler de cette espèce, c'était dans le Rio Negro où les gauchos décrivaient un oiseau très rare chez eux,  qu'il nommaient Avestruz Petise, assez ressemblant avec l'autruche qui y est abondante, mais à la couleur sombre et tachetée, aux pattes plus courtes et au plumage plus bas; cette espèce ètait signalée comme beaucoup plus abondante dès que l'on descendait un degrè et demi plus au sud.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

 RHEA DARWINII DANS DARWININ LONDON 

Lorsqu' à Porto Deseado Mr Martens a abattu une autruche, j'avais oublié la Petise, et je pensais qu'il avait tué l'espèce commune. Lorsque la mémoire me revint, l'oiseau était déjà plumé et cuit. Mais la tête, le cou, les pattes, les ailes, les principales plumes et une grande partie de la peau avaient été préservés, et un spécimen tout à fait convenable a pu être confectionné : c'est lui qu'on peut voir exposé au musée de la Société Zoologique  »  (traduction libre personnelle)

 Gould confirma  à Darwin qu'il s'agissait d'une espèce nouvelle qu'il baptisa Rhea de Darwin (actuellement Rhea pennata ), et non de Rhea americana dont le territoire en Argentine se situe plus au nord, et qui avait été décrite par Linné ( Syst. Nat. 1758 p.155 ). On doit le genre Rhea à Brisson (Orn.1 p 46; 5 p. 8 ). Il publia sa description dans les Proceeding ofZoological Society, 1837, P.35.